• Accueil
  • 32ème session des États parties à la Convention des Nation-Unies sur le Droit de la Mer

32ème session des États parties à la Convention des Nation-Unies sur le Droit de la Mer

32ème session des États parties à la Convention des Nation-Unies sur le Droit de la Mer

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Cette semaine, le Ministre de l’Économie Maritime, de la Pêche et de la Protection Côtière, M. Kokou Edem TENGUE suivi par une délégation Togolaise a pris part à la 32ème session des États parties à la Convention des Nation-Unies sur le Droit de la Mer.

Il s’agit pour les Etats parties à la convention des Nations-Unies sur le droit de la mer signée le 10 Décembre 1982 à Montego Bay en Jamaïque de faire le point sur la mise en œuvre de la convention et du fonctionnement des organes créés par la convention notamment : le tribunal international pour le droit de la mer dont le siège est à Hambourg en Allemagne, l’autorité des fonds marins et la commission du plateau continental. Le rôle de l’autorité des fonds marins devient plus accru à mesure que la communauté internationale prend conscience que les activités humaines dans les eaux ne sont sous la juridiction d’aucun Etat qui influence négativement les équilibres éco-systémiques et climatiques.

En effet, cette conférence revêt un enjeu majeur pour le Togo qui a engagé des discussions avec ses voisins pour délimiter clairement ses frontières maritimes. La délimitation des frontières Maritimes constitue un pilier important de la promotion de l’économie bleue.

Le Togo a enregistré plusieurs avancées dans la mise en œuvre de la convention, notamment la ratification de l’accord sur les privilèges et les immunités du tribunal international de la mer, dont le projet de loi est soumis à l’Assemblée nationale par le gouvernement après adoption par le conseil des ministres. L’assemblée nationale a également ratifié la convention sur les stocks chevauchant de poissons et sur les poissons grands migrateurs qui concerne la partie 11 de la convention de Montego Bay. Ces avancées se placent dans la lignée de la volonté du chef de l’Etat son excellence monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE de promouvoir le renforcement de l’arsenal juridique maritime togolais et de s’aligner sur les meilleures pratiques internationales en termes d’économie et de sécurité maritime.